CHRISTELLE FRANCA // Interview // 5 Oct 2009

CHRISTELLE FRANCA, DJ; conceptrice sonore; créatrice de l’ONG DON’T BORDER ME, en interview sur les ondes de Radio Liban… L’ONG DON’T BORDER ME développe des projets culturels transnationaux, ainsi que des projets de collaboration entre différentes villes de la Méditerranée et du Québec.

Ecouter: C. Franca 1 + C. Franca 2


JADE // Bande à Part Session #2 // 23 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

Pour clôturer en beauté la première édition du projet Don’t Border me/Bande à Part, Jade (DJ résident et propriétaire du club The Basement à Beyrouth) livre un «DJ set» impressionant de maîtrise, et majoritairement dédié à la scène électronique locale.


Track listing:
1. SHANT: Kids
2. ROMAX: Not Meant To Be
3. AISHA: Get Togetha
4. FADY FERRAYE: Hashtray
5. MUNMA: City Traffic
6. ROMAX: Rosha
7. SHANT: Wandering
8. AISHA: Twist
9. MUNMA: Polymorph 2 + 3
10. SOAPKILLS: Tango


ZEID HAMDAN // Bande à Part Session // 23 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

Dans le cadre du projet Bande à Part/Don’t Border me, Zeid Hamdan (musicien, producteur, DJ et promoteur, pour ne citer que ceux-là), était l’invité de l’émission Ruptures, sur Radio Liban 96.2FM. Il donne aux auditeurs un aperçu de ses productions récentes, ainsi que des différentes musiques qui ont influencé sa carrière de musicien…

Ecouter:
bande-a-part-zeid-hamdan-23-nov07-part-1 + bande-a-part-zeid-hamdan-23-nov07-part-2


CHARBEL HABER & TONY ELIEH // Bande à Part Session // 21 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

Guitariste et compositeur autodidacte, Charbel Haber co-fonde le combo post-punk Scrambled Eggs à 20 ans. 9 ans plus tard, multipliant les projets et les collaborations, on le retrouve, entre autre, à la tête du label Those Kids Must Choke. Quant a Tony Elieh, s’il est aussi le bassiste et un des co-fondateurs du combo post-punk Scrambled Eggs, il est surtout photographe. Dans ce travail de création parallèle, il fusionne la réalité et la fiction, suit les sautes d’humeur de Beyrouth et met en image les tensions contradictoires qui l’habitent.

Dans le cadre du projet Bande à Part/Don’t Border me, Charbel et Tony ont soumis un soundscape (ou paysage sonore),  ainsi que quatre photographies.


gemayzeh-21

 

 

 

 

 

 

 

img_8174

 

 

 

 

 

img_8209

 

 

 

 

 

img_8215

JAWAD NAWFAL // Bande à Part Session // 19 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

Cinéaste du son et maître des machines, Jawad Nawfal a fondé Altered Ear, un laboratoire de recherche et de composition sonore assistés par ordinateur aux ramifications multiples : Ae_quo (expérimental), AEX (electro live), et Munma (oriental soundscape). Au croisement des disciplines multimédia, il collabore aussi régulièrement avec des réalisateurs et des artistes visuels, avec le Liban en bruit de fond.

Dans le cadre du projet Bande à Part/Don’t Border me, Jawad a soumis un soundscape (ou paysage sonore, un format qu’il affectionne particulièrement),  deux photographies, et a présenté sur Ruptures 96.2FM une émission ayant pour sujet la scène électronique libanaise.

Ecouter:
soundscape-jawad
bande-a-part-jawad-nawfal-19-nov07-part-1
bande-a-part-jawad-nawfal-19-nov07-part-2


sous-le-pont

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

cover-34days

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La ville en chantier

Beyrouth est une ville étrange.

Les chantiers y sont incessants.

Je découvre sans arrêt de nouveaux bâtiments

surgis du néant là où, quelques jours auparavant,

il n’y avait qu’un vieux dépôt désaffecté,

un terrain de foot, une bâtisse croulante.

Les rues muent et se transforment au fil des

semaines, sans que personne ne semblent

vraiment s’en étonner.

En Juillet 2006, le pays a été l’objet

d’une vaste offensive militaire Israélienne.

Des quartiers entiers et de nombreux boulevards

de la capitale ont été détruits.

Ceci a évidemment eu pour conséquence la

recrudescence des chantiers en ville.

Aujourd’hui, Beyrouth est grise de poussière,

elle respire le béton et le métal rouillé.

Et même si le pays vit un cauchemars politique et

économique récemment, le chantier urbain est

intransigeant. Le métal et le béton règnent,

incontesté, déterminés, et rien ne semble pouvoir

les ralentir dans leur lourde progression.

Je les entends souffler, gronder et grincer.

Les sons que j’ai traités et mis en scène,

ces masses sonores fluctuantes, sont à l’origine

des bruits capturés sur des chantiers et ailleurs,

pas loin de là où j’habite. Je les ai pesés,

décousus, et taillés. Je les ai modulés

et transformés, tel un nouvel alliage secret.

Je leur ai donné une nouvelle voix.

Ainsi, vous aussi, vous pourrez peut-être y entendre

les lamentations fourbes de la ville en fusion.

Jawad Nawfal

JADE // Bande à Part Session // 15 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

DJ résident et propriétaire du club The Basement à Beyrouth, un des rares clubs digne de ce nom au Liban, et membre de la formation Blend, l’unique groupe de rock de la de la région à avoir été signé avec un label majeur (EMI), Jade est un poly-actif de la propagande musicale sur tous les fronts. Pendant que la guerre de 2006 entre Israël et le Liban fait rage, il organise même des soirées clubbing internationales de soutien à la Croix-Rouge Libanaise.

Invité de l’émission Ruptures sur 96.2FM, dans le cadre du projet Don’t Border me/Bande à Part, il donne aux auditeurs de Radio Liban (et de Radio Canada..) un aperçu de la scène musicale libanaise électronique à Beyrouth.

Ecouter:
bande-a-part-jad-souaid-15-nov07-part-1 + bande-a-part-jad-souaid-15-nov07-part-2


ALEXANDRE MEDAWAR // Bande à Part Session // 15 Nov 2007

Don’t Border me est né officiellement le 9 juin 2007,  à Montréal, grace aux efforts des journalistes Christelle Franca et Serge Abiaad. Le projet s’intéresse aux musiques et la création faite où les frontières géopolitiques sont trop rigides; là où la circulation des individus, des idées et d’une information honnête est aussi complexe qu’essentielle. Pour ses premiers pas, Don’t Border me a souhaité donner la parole à la musique libanaise actuelle.

Jeune adolescent, avec les Sex Pistols, Alexandre Medawar comprend que le rock blanc est mort. Il fonce aux block parties hip-hop puis va suer sur la Chicago house et la techno de Detroit avant de rejoindre les masses qui défilent en rythme au son de la batucada. Selon lui, le haut-parleur est la meilleure arme pour changer le monde.

Dans le cadre du projet Bande à Part/Don’t Border me, Alexandre a offert un soundscape (ou paysage sonore, en pièce attachée), enregistré et trituré avec l’aide de Ziad Nawfal, avec des apparitions-surprise des musiciens Charbel Haber et Mazen Kerbaj, ainsi que deux photographies prises par lui-même:


imgp6681

 

 

 

 

 

 

imgp11862